Le goût âpre des kakis, Zoyâ Pirzâd

Avons-nous fait le bon choix ?

Une femme mariée contre son gré tente de montrer à son mari qu’elle existe en nettoyant avec assiduité son appartement. Elle astique tout, tout est parfait pour que sa belle-mère n’est rien à redire lorsqu’elle leur rend visite.

Une femme voudrait faire carrière, avoir un métier pour sortir de la morosité de sa viellais son mari ne le souhaite pas. Il voudrait qu’elle soit une femme au foyer qu’elle s’occupe du ménage et des enfants.

Une femme créative épouse par amour un écrivain. Elle rêve d’avoir une vie bien rangée et s’épanouir dans son mariage mais aussi dans sa vie professionnelle. Tout va être chamboulée lorsque sa mère tombe malade et qu’elle doit s’en occuper.

La dernière femme est une princesse, sa maison abrite un magnifique jardin. Elle vit des belles années avec son mari mais un jour il décède. Pour donner un peu de vie à cette grande maison qu’elle ne peut se résigner à vendre, elle décide de prendre un locataire. C’est un étudiant, elle le laisse vivre sa vie à l’étage, elle ne lui impose que de prendre une fois le thé dans la journée avec elle et de déguster des kakis.

Quatre histoires, quatre femmes qui vivent aux côtés de maris qu’elles n’ont pas choisis et tentent de donner un sens à leurs vies, sans pour autant y arriver. Dans ce recueil de nouvelles Zoyâ Pirzâd raconte la vie de femmes ordinaires et leurs quotidiens. Entre mariage arrangé, pression de la famille pour avoir des petits enfants et absence de carrière professionnelle, les femmes avaient beaucoup de défis à relever dans les années 60. Les hommes sont absents, inexistants ou ils fuient leur foyer pour aller dans les bras d’autres femmes qu’ils auront choisis parce que les femmes ne sont pas les seules à subir le mariage arrangé.

C’est un reflet de la société iranienne où tout n’est qu’apparence et faux semblant, où la stabilité et le confort ont effacés l’amour.

Publicité

Publié par lesvapeursdelest

La lecture a toujours été un de mes plaisirs favoris, j'ai donc fait des études pour être bibliothécaires. Chaque année c'est des milliers de livres qui sont édités, mais seulement une partie infime nous est dévoilé. J'ai eu envie, non pas de faire un énième blog sur la littérature dont on parle le plus, mais de parler des autres livres qui valent tout autant le détour.

Un avis sur « Le goût âpre des kakis, Zoyâ Pirzâd »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :