Les caves du Potala, Dai Sijie

Pour trouver la voie, il faut couper la tête.

Bstan Pa est peintre au Tibet, au service de la religion bouddhiste. En 1968, les communistes chinois investissent le palais du Dalaï-Lama pour les soumettre à l’idéologie communiste et à l’autorité de Mao Zedong. Pendant sa captivité, Bstan Pa repense à son art, sa façon de préparer ses couleurs, de les poser sur ses feuilles de papier.

Très belle découverte de cette rentrée littéraire. Les caves du Potala nous replonge à une époque passée, en 1968, et en pleine révolution culturelle où le gouvernement chinois a voulu soumettre le Tibet à son autorité. Mais l’écrivain chinois Dai Sijie n’a pas voulu écrire un roman triste, au contraire il a fait un roman beau, coloré et spirituel puisque son personnage repense à son art, à ce qui l’anime.

Très beau roman de cette rentrée littéraire.

Publié par lesvapeursdelest

La lecture a toujours été un de mes plaisirs favoris, j'ai donc fait des études pour être bibliothécaires. Chaque année c'est des milliers de livres qui sont édités, mais seulement une partie infime nous est dévoilé. J'ai eu envie, non pas de faire un énième blog sur la littérature dont on parle le plus, mais de parler des autres livres qui valent tout autant le détour.

Un avis sur “Les caves du Potala, Dai Sijie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :