Les groseilliers, Anton Tchekhov

« La vie est effrayante, alors il n’y a pas à se gêner avec elle, brise-la et prends tout ce que tu peux lui arracher avant qu’elle ne t’écrase. »

Dans ce recueil de trois nouvelles, Anton Tchekhov montre des personnages qui ont perdu le goût de la vie. L’un passe son temps à tout calculer dans sa vie, l’autre tente de surmonter une rupture amoureuse et un autre éprouve un sentiment de désarroi face à la condition humaine.

Avec le talent qu’on lui connait, l’auteur analyse les états d’âme de ces personnages, les sentiments qu’éprouvent chaque être humain lorsqu’il rencontre des difficultés dans la vie et le découragement qui nous envahi. Mais peut-être que Tchekhov veut nous faire méditer sur la fugacité de la vie, sur le sens que nous devons lui donner pour essayer d’avoir la vie que l’on souhaite. Et qu’au fond la vie n’est pas si moche … finalement.

Des nouvelles intéressantes qui montrent le talent de cet écrivain et la fatalité propre à l’âme russe (c’est ce qu’on dit).

Publié par lesvapeursdelest

La lecture a toujours été un de mes plaisirs favoris, j'ai donc fait des études pour être bibliothécaires. Chaque année c'est des milliers de livres qui sont édités, mais seulement une partie infime nous est dévoilé. J'ai eu envie, non pas de faire un énième blog sur la littérature dont on parle le plus, mais de parler des autres livres qui valent tout autant le détour.

Un avis sur “Les groseilliers, Anton Tchekhov

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :