Une paysanne russe, Léon Tolstoï

Le portrait d’une femme courageuse.

Anissia est une jeune fille qui vit à la campagne. Le sevrage n’a pas encore été aboli et si ils l’obtiennent, elle espère bien épouser un paysan. Seulement ses parents décident de la marier à Danilo, un paysan qu’elle ne connait pas. Le mariage se passe, le couple commence peu à peu à s’habituer à l’autre mais Anissia va devoir supporter des épreuves : la perte d’un enfant, les médisances de sa belle-mère.

Léon Tolstoï nous parle d’un sujet qui lui est cher, la vie quotidienne des paysans avant que le sevrage ne soit aboli en 1861. Il nous offre le récit d’une femme qui passe de l’état d’enfant à celui de femme mariée et qui malgré les épreuves qu’elle va vivre dans sa vie se doit de rester droite parce qu’elle n’a pas d’autre choix. L’écriture est simple, Tolstoï se pose comme un observateur et écrit ce qu’il voit de la vie des paysans, on peut donc aisément imaginer la vie de ses gens qui était rythmée par le travail aux champs ou avec le pâturage.

Un magnifique portrait de femme.

Un commentaire sur « Une paysanne russe, Léon Tolstoï »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s