Les nuits blanches, Fiodor Dostoïevski

Je t’attendrais sous un ciel étoilé.

Un jeune homme se promène seul dans les rues de Saint Pétersbourg la nuit. Il est heureux et croise sur sa route une jeune femme près d’un pont qui pleure. Ne pouvant supporter que quelqu’un soit malheureux, il veut lui proposer son aide mais la femme se dérobe et se retrouve entre les mains d’un malotru. Le jeune homme va l’aider et ainsi commence la rencontre entre les deux personnages.

C’est avec son talent d’écrivain, que Fiodor Dostoïevski raconte les promenades d’un jeune couple dans les ruelles de Saint Pétersbourg. Il décrit avec force détails les émotions, les pensées qui se bousculent dans la tête de cet homme qui rencontre une femme, avec qu’il a envie de parler et peut-être de l’aimer et d’être aimer. Les mots nous transportent et si on ferme les yeux on les voit sur ce pont à neuf heures et elle qui attend un homme qui peut-être ne viendra jamais.

En lisant ce roman, je revoyais Marcello Mastroianni et Maria Schell dans Les nuits blanches de Visconti.

Publicités

Un commentaire sur « Les nuits blanches, Fiodor Dostoïevski »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s