Machenka, Vladimir Nabokov

On se souvient toujours du premier amour. Parce qu’il était beau et éphémère.

Ganine vit à Berlin en 1924 dans une pension avec d’autres russes. Un soir il décide qu’il partira une semaine après, mais il ne sait pas encore où. Alfiorov, un autre pensionnaire est aux anges, sa femme doit le rejoindre et avec une chambre libre elle pourra dormir à côté de lui. Fier comme un paon, il montre une photo d’elle à Ganine, cette photo semble raviver des souvenirs dans l’esprit de ce dernier. Machenka.

Machenka c’était le premier roman de Vladimir Nabokov. On y retrouve les descriptions des émotions qui traversent l’esprit de Ganine comme dans beaucoup de roman russe, l’évocation de Machenka lui remémore des souvenirs de sa Russie natale. Nabokov parle ici des russes qui après la révolution de 1917, ont fuit la Russie pour se réfugier en Allemagne mais aussi dans d’autres pays.

Un beau roman, agréable à lire.

Un commentaire sur « Machenka, Vladimir Nabokov »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s