L’oiseleur, Max Bentow

Entre un inspecteur tétanisé à l’idée de tenir son arme, et un oiseau tueur, qui des deux est le plus fou ?

A Berlin, l’inspecteur Nils Trojan traverse une période difficile et consulte une thérapeute lorsqu’il est réquisitionné sur une affaire. Une femme, à l’épaisse chevelure blonde, est retrouvée sauvagement assassinée couverte de plumes, avec un oiseau sur le ventre. Une course contre la montre commence avant que le tueur ne sévisse de nouveau.

Une ambiance noire et trouble pèse sur le roman de Max Bentow. Entre les esprits torturés de l’inspecteur Trojan et celui de l’oiseau tueur, on pénètre dans un jeu pervers où les victimes se succèdent. Un excellent roman policier qui vous tient en haleine tout du long.

Un commentaire sur « L’oiseleur, Max Bentow »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s